• Toujours au chapitre des regards sur l'année écoulée, et pour nous réchauffer un peu, parlons donc de l'été !

    Les beaux jours de la Tour du Bost

    Comme chaque année, la Tour du Bost était ouverte aux visiteurs, en juillet et août derniers, proposant à la fois des visites guidées et des expositions. Cela n'a l'air de rien, mais comme l'association ne fonctionne qu'avec des bénévoles, sans la bonne volonté des uns et des autres, il ne se passerait pas grand chose ! Pour que les visites puissent avoir lieu dans de bonnes conditions, il nous faut organiser un roulement couvrant la dizaine de jours d'ouverture de la tour (seulement les dimanches après-midi des mois d'été, ainsi que les jours fériés). Cette année, nous avons eu la chance d'avoir deux guides tout frais , tout neufs, en plus de notre guide habituel - qui n'est pas blet pour autant, loin s'en faut !

     

    Il nous faut aussi assurer l'accueil des visiteurs au pied de la tour (ce qui induit la présence d'au moins deux autres bénévoles), ainsi que dans la salle des expositions, au premier étage (là encore, deux personnes sont présentes, parce qu'à deux, c'est plus rigolo).

     
    Ah, les expositions ! Elles sont toujours libres d'accès et changent d'année en année. En 2010, elles se sont déroulées en deux vagues. Du 27 juin au 18 juillet, les photographies de Martine et Valentine Dubreuil et Monique Rey ont voisiné avec les poteries et céramiques de Jean-Pierre Bouley et les fauteuils tapissés d'Isabelle Bataille. Ensuite, jusqu'au 22 août, le Club de dessins et peintures de Perrecy-les-Forges a exposé ses œuvres en compagnie du peintre Colette Libéra. La vannerie de Michèle Vailleau donnait à l'ensemble un petit côté champêtre, les sculptures de Ryad un décalage bienvenu et les céramiques de Christian Faillat une touche d'excentricité racée.

     

    Un énorme puzzle

     

    Les visiteurs, en suivant le guide, ont pu voir les progrès réalisés pendant l'année, dans la restauration du monument - ou faire connaissance avec ce lieu très spécial.

     

    Les beaux jours de la Tour du BostMais qu'est-ce qui motive les bénévoles à passer ainsi les précieuses heures de leur été ? D'abord, il faut bien dire que l'ambiance générale est plutôt agréable et détendue et que l'on ne repart jamais de ces séances sans avoir appris quelque chose sur l'histoire locale et sur l'amitié en général. Ensuite, la tour étant toujours en réfection, nous découvrons sans cesse de nouveaux éléments. C'est comme un énorme puzzle à reconstituer - en sachant qu'il nous manquera toujours des pièces, par exemple l'aspect exact des parties de la tour abattues au fil du temps. Et puis, il y a le site en lui-même : imaginez-vous un peu, assis dans la courette aménagée en bas de la tour, sur un banc, à papoter au soleil - ou à l'ombre -, en laissant votre regard errer sur les prés qui s'éloignent en douceur, sur Montcenis qui se devine au loin, sur les bois des hauteurs, sur l'antique pressoir en grès retrouvé, sur la tour enfin qui vous domine de toute sa hauteur... Qui plus est, en bonne compagnie !

     

    Enfin, il y a le plaisir des visiteurs et leur intérêt pour l'endroit,  leur enthousiasme souvent...

    C'est une belle aventure !

     

    Un petit aperçu en images ? Allez voir notre album  !


    votre commentaire
  • Un fumet médiéval... 

     

     

     

    Petit regard en arrière, sur notre grand Banquet Médiéval de janvier 2010.

     

     

    Il nous en a fallu, du temps, pour l'organiser, et de l'énergie ! Nous avons commencé à réunir les recettes susceptibles d'être utilisées dès la fin de l'été précédent, nous livrant à de succulentes séances de dégustation pour décider quels mets seraient les plus adaptés à cette "Première".

    Finalement, nous avons opté pour un menu relativement simple :

    • Hypocras et vin de sauge

    • Porée à la carabasse

    • Porée noire

    • Porc à la poudre d'épices et sa graine

    • Fromage frais

    • Tarte caméline

        

    La salle des fêtes de Charmoy se prêtait parfaitement à notre projet. Le service se ferait en tenue d'époque (la machine à coudre allait fonctionner à plein régime !).

     

    La seule chose que nous ne maîtrisions pas, c'était la météo : ce jour-là fut le plus froid de l'hiver 2009-2010, avec neige, verglas et températures sous le plancher : -17°C au cœur de la nuit ! Tout en préparant le repas (les places étaient réservées à l'avance), nous regardions tomber les flocons avec anxiété : qui allait braver ce mauvais temps ? Allions-nous rester seuls avec nos énormes casseroles pleines ?

     

    D'abord sont arrivés ceux qui habitaient pourtant le plus loin : les musiciens de l'Ensemble Raimbaut d'Orange, venus tout droit du sud, comme leur nom l'indique. Ne sachant trop à quelle sauce ils allaient être mangés, mais en pleine possession de leurs (grands) moyens...

     

    Et les convives n'ont pas tardé à les suivre, les vêtements fumants (à cause de la différence de température) dans la petite salle où l'apéritif était servi ! Bientôt, tous ont gagné leurs tables et le repas a commencé.

    Un fumet médiéval...

    S'intercalant entre les plats, diverses animations ont rythmé la soirée : de la musique, bien sûr (et quelle musique ! Si belle que pour chaque morceau, un silence spontané se faisait dans la salle, pourtant fort bruyante une minute auparavant), mais aussi des acrobaties, des contes, des danses et bien sûr de brèves explications historiques autour des mets servis ou des manières de table du Moyen-Age.

     

    Vous voulez avoir un aperçu de cette soirée mémorable ? Rendez vous dans l'album qui lui est consacré. Vous pouvez aussi cuisiner les mêmes plats (en moins grosse quantité peut-être) en vous procurant notre livret de recettes, accompagné de commentaires historiques (voir : Petits traités d'histoire locale : nos publications ).


    votre commentaire
  • Vénérablement vôtre

    Un blog nouveau-né, mais déjà chargé d'ans. On pourrait même dire d'âme(s) : celle(s) de la Tour du Bost, vénérable monument qui, dressé sur sa motte à Charmoy, en Saône-et-Loire, entre prés, bois et bouchures, serait bien en peine de "surfer sur le net". À vrai dire, il est déjà bien beau qu'elle se relève de sa déchéance : elle avait un pied bien engagé dans la tombe, il n'y a pas si longtemps... Quelques années de plus de vent, de pluie, de soleil, quelques oiseaux de plus à porter sur ses épaules et pouf - il n'aurait pas fallu la pousser plus que ça !

     

    Bref, la belle - oui, mais épaisse, solide, bien ancrée au sol, rien à voir avec une princesse délicate et douillette -, la belle donc renaît de ses cendres. Comme dans un film qu'on passe à l'envers, la voici qui se redresse, retrouve son tonus, efface ses rides (comble ses fissures !), grâce à des bénévoles et à des chantiers d'insertion, à l'initiative de l'association "La Tour du Bost".

    Ce blog est notamment consacré à toutes les manifestations menées par cette association : expositions, visites, concerts, animations en tous genres. Comme janvier n'est pas fini, il nous reste un peu de temps pour vous souhaiter une excellente année 2011 !

     

    Pour en savoir plus sur la Tour du Bost, son histoire et les travaux qui y ont été réalisés, rendez-vous sur le site qui lui est tout spécialement dédié : la Tour du Bost

     

    Et pourquoi pas un coup d’œil sur notre album photos (lien à venir) pour voir le monument et ses environs ?


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires