• Sébastien : dix ans après

    Et voilà, c'est parti ! Depuis ce dimanche, la Tour du Bost a pris son allure de croisière estivale. Une occasion de visiter les lieux et de constater l'évolution des travaux, depuis l'année précédente - ou depuis cinquante ans, comme certains de nos visiteurs qui n'en reviennent pas du changement ! Une occasion aussi de voir les expositions artistiques et artisanales (nous nous pencherons sur elles un peu plus tard).

    C'est aussi, pour nous, l'occasion de retrouver des personnes qui ont participé à la sauvegarde du monument.

    Sébastien : dix ans après

     

    Sébastien Schaffer, par exemple. Pendant six mois, de juin à décembre 2001, il a fait partie du chantier d'insertion de Tremplin qui œuvrait au déblaiement de la cave et au jointoiement des voûtes, à la remise en état des corniches du sommet, à la rénovation de la maison d'accueil – et à la création du site internet de la Tour du Bost. Aujourd'hui, il travaille comme cuisinier au lycée Julien Wittner à Charolles.  

     Certains endroits lui sont pays de connaissance (les voûtes du niveau 2, la citerne et sa source, le chemin de ronde...), mais les lieux ont tellement changé qu'il ouvre de grands yeux. Quant aux salles des niveaux 3 et 4, il n'avait même pas imaginé, à l'époque,  leur aspect « final » : elles n'étaient encore que partie intégrante du grand trou intérieur du donjon ! Arrivé au niveau 5, d'ailleurs, d'où aucun plancher ne vient fermer la vue sur le dernier niveau, il retrouve une partie de la tour d'autrefois. Il apprécie, en connaisseur, le travail effectué au fil des ans.

     

     

    À la fin de la visite, il ne cache ni son étonnement, ni son plaisir : "Je suis content d'être revenu, ça vaut le coup ! Je n'aurais jamais cru que ça ressemblerait à ça un jour ! C'est impressionnant, vraiment du beau boulot. Lorsque j'y étais, les conditions de travail étaient bien différentes : nous n'avions pas la maison d'accueil, mais seulement une cabane – et certainement pas de vestiaires « au chaud » comme maintenant ! L'hiver, il nous est arrivé de faire griller des marrons au sommet de la tour, pour nous réchauffer les doigts ; comme on travaillait sur le chemin de ronde, malgré le toit de l'échafaudage, on se prenait la pluie... Du bas, on voyait encore le haut de la tour, les planchers intérieurs n'avaient pas encore été remontés."

    Comment voit-il son passage ici, à dix ans de distance ? "J'ai participé à l'atelier parce que j'avais besoin d'un boulot. C'était une bonne expérience, l'ambiance et l'équipe étaient sympas. J'y ai aussi appris des techniques du bâtiment : cette restauration, c'est autre chose que de superposer des moellons..."
     
    Vous souhaitez retrouver les journaux des chantiers d'insertion ? Ils sont ici, sur le site de la Tour du Bost.

    « Un article pour la Tour...Les escaliers de la Tour »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :