• C'est reparti !

     

     

    C'est de saison : c'est la rentrée aussi à la Tour du Bost, après l'interruption du chantier en août. Si vous avez visité les lieux cet été, vous avez pu constater l'avancée des travaux dans la nouvelle salle. L'équipe s'attaque en ce moment aux finitions de ce niveau (IV), en travaillant la pierre : marches pour accéder à une alcôve, foyer de la cheminée...

     

     

     

     

    C'est reparti !

     

     

     

    Retrouver les travaux effectués avant cet été ?

    Niveau 4 : Vers les finitions


    votre commentaire
  • En visitant la tour cet été (et/ou en suivant nos articles parlant des travaux réalisés depuis l'hiver dernier), vous avez découvert la nouvelle salle du niveau IV, en cours de finition. 

    Niveau 4 : un beau travail de découpe !

    Cette image devrait vous faire toucher du doigt les difficultés auxquelles le chantier d'insertion a été confronté : comme dans tous les bâtiments anciens, les murs de la Tour du Bost ne sont pas tout à fait droits (et ici, carrément courbes !)... D'où un travail de découpe très important à l'approche des murs, que ce soit pour les planchers ou, comme ici, pour les tomettes !


    votre commentaire
  • Branle-bas de combat dans la Tour du Bost ! On sent un frisson d'excitation passer parmi les « troupes de restauration » : en ce jour de février, Gauthier Jacquelin vient sceller au plomb. Il y a de la magie dans l'air, un soupçon d'alchimie, un grain de danger...

    Les barreaux à sceller sont bien sûr en place : restaurés, éventuellement redressés, disposés de la façon la plus harmonieuse possible pour regarnir les ouvertures de pierre. Leur partie supérieure est maintenue soit simplement avec des coins en châtaignier, soit avec du mortier de chaux lorsque le trou était trop important : pas de plomb là-haut, ce serait vraiment chatouiller la gravité !

    Au plomb maté...

    Le ferronnier d'art fait fondre des morceaux de plomb

    On amène la forge portative et on l'installe à un endroit bien aéré, puis on chauffe. Une fois que tout est prêt, on dispose le creuset (une sorte de louche) à l'intérieur, garnie de plomb déjà épuré. Ce qui ajoute le petit frisson d'anticipation, c'est que chacun aura son tour, chacun pourra faire ces gestes que nos ancêtres pratiquaient déjà...

    Au plomb maté...

     

    "À chaque fois qu'on fait des scellements au plomb, j'essaie d'organiser de petits chantiers pédagogiques et j'explique comment ça se passe", précise le ferronnier d'art. "Lorsque les gars interviennent sur la tour, il leur arrive de trouver des bouts de plomb qu'ils extraient, car il faut refaire les ouvertures. On les récupère, on les refond, on rajoute du plomb de récupération également..."

    Tout en travaillant, Gauthier leur parle de son métier, qui le passionne. "Ce qu'il y a de bien, c'est que dans l'équipe actuelle (NDLR : il s'agit de celle qui est intervenue pendant le premier trimestre 2011), il y a plusieurs personnes qui ont vraiment la culture du fer. Dans leur culture d'origine, le fer était quelque chose d'important et ils connaissent la matière, ils savent ce qu'ils touchent, donc on arrive à être assez performants, on communique bien les uns avec les autres parce qu'on parle le même langage."

    Au plomb maté...

     

    Une fois le plomb coulé (et avec quelles précautions ! Attention aux projections de métal fondu !), on attendra un peu avant d'en mater les excédents : avec un petit outil et au marteau, on viendra le refouler vers l'intérieur du trou, ce qui lui fera perdre l'aspect très brillant qu'il a au début. 

     

    Une matière miroir, fluide - et brûlante ! 

    N'hésitez pas à regarder de près les grilles de la tour, lors de vos visites : elles sont le fruit d'un vrai travail de restauration et de recherche - et de siècles de savoir-faire !

    Au plomb maté...

    En hauteur aussi, il faut sceller les barreaux :
    une opération délicate !

    Pour en savoir plus sur Gauthier Jacquelin :
    Gauthier Jacquelin : l'art de la fusion
    Et sur le travail de ferronnerie dans la Tour du Bost :
    Barreaux : la traversée des siècles
    La porte d'entrée : voyage dans le temps (1)
    La porte d'entrée : voyage dans le temps (2) 
    La porte d'entrée : voyage dans le temps (3)
    L'album photos

     


    votre commentaire
  • Mais oui ! L'été a beau avoir été en avance (et comment !), d'autres choses ont pris du retard, en cette fin juin... Par exemple, nous avions planifié il y a quelques mois, dans l'enthousiasme général, l'inauguration de la nouvelle salle (celle du niveau IV) pour cette semaine. Hélas ! Les tomettes ne sont toujours pas là alors qu'elles auraient dû nous parvenir depuis plusieurs semaines : un retard à la livraison qui engendre l'ajournement de l'inauguration... 

    Petits retards de saison...

    Plafond huilé, murs enduits
    (c'est encore tout frais, sur cette photo de début juin) ;
    il ne manque plus que les tomettes...

    Deuxième exemple, lié au premier : pour nous caler avec cette inauguration, nous avions prévu de commencer les ouvertures estivales de la Tour du Bost et les expositions dès ce dimanche, le 26 juin. Or, notre petite équipe a dû faire face à quelques problèmes d'ajustement avec les exposants, conjugué à un manque de temps chronique. De ce fait, les expositions ne commenceront finalement qu'une semaine plus tard, le dimanche 3 juillet... Mais par contre, la Tour sera bien ouverte au public, comme prévu, ce dimanche 26 juin, de 15 à 19h, avec des visites guidées.
     
    C'est aussi ça, la vie de notre association : prendre les choses comme elles viennent, qu'il s'agisse des avancées des travaux, parfois rapides, parfois ralenties, ou des disponibilités des uns et des autres...
     
    Allez, avant le vrai début de la saison, quelques images des étés passés et un article à (re)lire :
    Les beaux jours de la Tour du Bost


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique